jeudi 26 juin 2008

Le temps de la vacance.


Celui, plus ou moins long ou court, de la suspension de la fonction, de la responsabilité professionnelle.

Celui qui offre l’occasion de la réflexion renouvelée, des désirs retravaillés.

J’envisage cette période avec bonne humeur. Ambition aussi.

Lisant des cours de Foucault au Collège de France sur l’émergence hellénistique et romaine du Souci de soi, ce temps de la vacance est celui-là même qui, s’épargnant l’agitation du monde, travaille ce souci de Soi. Il en va de son Salut et en même temps, loin de toute conception religieuse, du Salut des Autres au sens où il s’agit de se maintenir dans la condition d’être, et d’être libre.

2 commentaires:

lapinblanc a dit…

Ils ont sorti l'ensemble des textes théoriques de Calvino en semi-poche aux éditions du Seuil. je ne sais pas si tu as vu cela passer, mais c'est très bon...
Oh, and by the way, tu me manques.

pigiconi a dit…

ouf! de tes nouvelles!