mardi 24 juillet 2007

à l'oeuvre


Pour le moment, je me contente simplement de reproduire les dialogues du roman. C’est dire qu’il n’y a pas en fait un gros travail d’adaptation et donc de réécriture. Le premier test sera de voir si, en l’absence d’indications scéniques ou de l’intrigue, et avec les seules répliques, cela fait son effet. Mais plus j’avance, plus je trouve les épisodes cocasses. Je ne sais pas s’il faut réintroduire un quelconque narrateur. Je suis parti du principe que les dialogues se suffisaient. Ce sera une deuxième étape de restituer les situations et d’en esquisser les contours. Je me suis interdit jusqu’à présent de voir le film, l’adaptation d’Orson Welles. J’écris en écoutant les œuvres pour piano d’Erik Satie. Il me reste 5 chapitres à travailler.

3 commentaires:

lapinblanc a dit…

J'envie cette application studieuse. Cela ***sent*** le calme.

pigiconi a dit…

le grand calme....... et toi?

lapinblanc a dit…

Le tumulte toujours. il me semble que je ne peux vivre que dans un tourbillon. C'est pour cela que j'aime nos rencontres : le calme et la tempête. Quelquechose d'impossible qui se produit en quelque sort. je vais bien.